vendredi 27 juin 2014

CharlElie Couture

On l'avait quitté en 2010 avec "Fort Rêveur", un album "américain", produit par Sean Flora à New York City. CharlElie Couture sera de retour, le 15 septembre prochain, avec un nouvel effort "ImMortel" moins marqué par le rock et plus typé chanson produit par Benjamin Biolay. Le premier clip "L'amour au fond" est déjà en ligne.

En concert au Trianon (Paris) le 10/10/2014

Le retour de Weezer

Attention les enfants, on monte le son, on pousse les meubles, Weezer est de retour ! Capable du meilleur (les quatre premiers efforts du groupe) comme du pire (le pathétique "Raditude") le come back du groupe culte aux 10 millions d'albums vendus à de quoi réjouir. Tout d'abord parce qu'on avait quitté le groupe, en 2010, sur un "Hurley", passé un peu inaperçu mais d'excellente facture. Ensuite, ce neuvième album, intitulé "Everything will be alright in the end" (dont on attend toujours la date de sortie officielle), scelle les retrouvailles avec le mythique producteur Ric Ocasek, ex-leader des Cars, déjà aux manettes sur deux réussites éclatantes du groupe : les albums "Blue" et "Green". Le retour de la bande de Rivers Cuomo ? On en salive d'avance !!!

vendredi 20 juin 2014

Interview with Heymoonshaker (english edition)

Adding some beatbox to a blues guitar, the duet Heymoonshaker is creating a new kind of blues, full of unheard colors. Here's an interview with two nice lads...

So guys, you're living in France now. How Come ?
Andy Balcon (voice/guitar) : We were living in Sweden and then my girlfriend kicked us out. So we moved to France.
Dave Crowe (beatbox) : France really welcomed us with open arms. As soon as we came here we felt welcome, people understood the music, food is good, women are beautiful, you can smoke everywhere...

Not really...
DC : We do. Really if you wait long enough you can smoke in a bar...

So you like it so far ?
DC : Lovin' it ! That's genuine. It's like home...

Tell me about the band's name...
AB : It kind of mean something. I basically made up an fantasy band in my head when i was working in an office. Seven years ago.
DC : The concept of heymoonshaker is not just about a band. It's an idea. A lifestyle. We're advertising our lifestyle. It's not about being a travelling musician.
AB : It's about taking control of your life. Being able to shape your life like you want it to be as opposed of being somebody else's. Or sometimes you may think you may want something and being able to make it. To find tune in your life. Even the guitar is out of tune.
DC : Heymoonshaker is a life choice. And a happy one...

Andy, when you started working with Dave, did you had the feeling that the beatbox would add new colors to the music ?
AB : Yes, definitively so. When i first began to play music i was listenning to a lot of hip hop all the time. I was also very influenced by rock n'roll. There was a crossover that hadn't been made. The beatbox seemed to be an ideal way of creating a new sound. The way music is growing, i mean hip hop rock or electronic. Even now i can't find anything i actually want to listen to. There is a guy John Fairhurst, he's a brilliant guitar player. We toured with him in the UK and he can see the music we want to create. He's very involved with the sound of his guitar. He's coming. It's hard to explain.
DC : Over the last couple of months we travelled a lot, toured a lot. We met a lot of musicians last year. And there is a new energy, new sound coming. John Fairhurst is a part of that sound.
AB : A combination of rock n'roll and electronic music. It's really really good. It's exactly what you want to listen to.

The funny thing is there is no electronic involved in your music making. And yet i thought there was some dubsted influences in your sound...
AB : No that's Dave. He's the electronic. This new sound is there but we're trying to make it as primitive as possible. A guitar, two voices.

It's very natural...
DC : Yeah. Electronic music is.

You used to play on the streets a lot. Does it have an influence on the way you perform now ?
AB : Definitively so. Dave is definitevely is a good example of how we applied on music venues. After playing so much on the street you learn how to interract with a crowd which isn't necessary on music. In fact they're not listenning the music, they're going shopping or whatever.
DC : They're doing everything else apart from listenning to you.
AB : So you have to capture the crowd. And i think Dave is one of best people for engaging an audience. The best i've ever met.

You guys have met half way around the world, New Zealand i guess. So is travelling an important part of your music ?
DC : Absolutely. It's one of the core element of what we are. And of where the music comes from. All we want to do is travel. And you have to work to earn money to travel. And we don't want to work or i should say we want to work for ourselves. And all we want to do is to play music.
AB : And we decided to do that.
DC : Yeah we decided to play music and travel. And hopefully we can make enough money to live. And that's the idea. And as soon as we started to travel we met more and more amazing people and more and more amazing musicians who inspired us to write better music. More honest music.
AB : And learn about different lifestyles, different cultures. We've been living in Australia, New Zealand, Sweden as well. And they're very english. Coming to France for instance, learning the french culture, it's such a pleasure to have the opportunity.
DC : It does a lot to the music and the performance. I'm sure you'll agree, you being an elegant man yourself. It's like given in large cities at least, in France, everybody is elegant. Everybody looks good. People care about that. When you live in an environment like this it makes you care about your appearance more. It made me feel more elegant, more handsome. It changed my performance on stage. I feel more confident.

So where are you going next ?
AB : Probably Canada.
DC : I'd like to play more in the south. Way more.
AB : Yeah me too.

In a french perspective, it looks like every musician in the UK picking up a guitar wants to be the Beatles...
AB : It's true.
BC : I'm not really aware of the UK scene. I know very good musicians within my booking agency. But apart from that... I've been away from the UK for seven years. The previous month was our first tour in the UK. It was really fun, really amazing, we met a lot of very good musicians. But i don't know if everybody wants to be the Beatles or not.

The cd says « welcome to the heymoonshaker family ». Is that sense of belonging important for you ?
BC : We want people who enjoys our music to understand that we are similar. Exactly the same. Everybody we're working with is family. We want to make sure that everybody is cool. Everybody is making their job and that's cool. And then we felt that all the people coming to the gigs are family.
AB : It's a 50/50 relationship with the music and the audience. The audience is involved in the music.
DC : It's just as important.
AB : The energy we're playing with is coming from the people. It's not just us playing music. We're letting the music free and it's coming back at us.

Like an energy going back and forth ?
DC : Yes, it's really important the people understand that when you listen to the music or come to a gig, we are with you man ! We're really really with you. That's no bs. We always sell cds ourselves, we always meet the fans afterwards. We are nothing special just because we are musicians. We're lads, man ! We just want to hang out with nice people. We want nice people to feel nice. The particular design of the cd is also important. There is no track information on the cover. It's based on trust because when you buy it you don't know what's inside. And then, when you click it open, you see the logo and what tracks you have. And then when you take the cd out, you see something personal : « Welcome to the heymoonshaker family ». I love it. It's always about the experience of buying music.
AB : We did that ? That's nice i like it !
DC : You've got be kidding me ! We spent ages doing that. Andy always loved buying an album, a cassette, opening it up, the smell... I didn't have that because i was really late introduced into music. I didn't buy music.

Really ?
DC : Oh yeah. Late, man. I listened to gangsta rap until i was 19. I couldn't have a conversation about music that wasn't hip hop until i was 19. Very narrow minded in my musical taste. Until i was 19, that's pretty late man. I've done my homework since. Now i realised that how people really feel about music. And the way i feel about bands, the way i feel about following bands. The experience is so special. And our cd is a big creation and i'm happy about that.

What about your tattoos Dave ?
DC : It's a transition from my old life into my heymoonshaker life. I had everything i needed in Sweden. I was living in a beautiful apartment in the forest. I had a dog. I was in love. A nice car. Money.

A job ?
DC : Beatboxing. It was perfect. I had achieved what i wanted to achieve. I was 24/25. Everything was sweet. And then when we did our first tour in France i realised what was possible. I can either spend my life being an beatboxer on the streets making good money. Having a good life, family, whatever. Or i can try to maximise this experience as possible. To get as many people as possible in one place night after night after night. To tell them the same thing i'm telling them when i sat on the streets. And then when this happened there was a lot of things in my life getting quite difficult with my girlfriend. What i wanted out of life. What she wanted out of life. I left Sweden, i left my life. The day i came to really start heymoonshaker i tattooed the logo on my neck to show him my commitment to the band.

Any tattoos Andy ?
AB : My skin is always changing, like a snake. I've lived many different lives yet to this point.
DC : We're very different anyway. I realized on an early age that i need reminding from the things i've learned. And i have to check myself all the time. And the tattoos i wear on my body are all very very important to my life. They're all reminders of what i need to do. I don't have enough time to forget for a day. There is not enough time.

That's deep...
DC : It was ! Wasn't it ? (laughs).

What's coming up next, an album ?
AB : Possibly. It's been weird recording music. We recorded an album in three days. We've got ten tracks down. We had just a few ideas, few riffs and it came down as ten songs. Four of those songs are on the EP. It appears this new album may or may not involved songs which was used for the EP. We perform those songs live already anyway.
DC : A general idea of them at least.
AB : We're making a jam around the ideas that were recorded. We try to find to time to get to the studio. The shakerism EP is a combination from the EP recorded in Sweden released last year, « Heymoonshaker block », and the tracks recorded for the album. You can see how the sound developped. « Colly drop » has more structure. And more full sound and colors to the music. But that is not the point, the sound is always developping, changing direction, and we're also influenced by meeting people.
DC : Also, it will be a good idea to see how this year goes with that EP. Tryin to get a big fan base with what we have created so far which isn't much yet. We will always record. Release i don't know. We always release new videos to keep people interested in seeing us in different countries.
AB : We also like the idea of the live element. What you get on record is completely different from the live experience. Our performance is always different. The idea of being able to share that is what we want to focus on for the next record. Being able to capture the jam feeling.
DC : We capture 2012 on the shakerism EP. It's gonna take all 2013 to realize what to capture.
Andy, it just occured to me that your voice is really different when you speak. Your singing is pretty intense...
AB : Yes it is (laughs) ! It's funny because when you live in a skin which has been... The skin i live in now is conditionned by the way i live. I'm being very open here. But when i sing and play music i fully express myself without being restraint from anybody's judgement. It's all expression of emotions i won't necessarely put forward when i'm not on stage.
DC : I think the reason he's getting so intense right now is because he just started to fully express the person he is inside and really share it. Maybe in a couple of years is gonna come down a little.
AB : Right now i've got something to say.

lundi 16 juin 2014

Interview avec Heymoonshaker

Mélangeant la guitare blues et le beatbox, le duo britannique Heymoonshaker créer une sorte de musique hybride. Les racines blues sont bien présentes mais se teintent de couleurs inédites évoquant pèle mêle le dubstep ou l'électro sans jamais utiliser le moindre sampler ou clavier. Le résultat pourrait être indigeste mais il n'en est rien. Au contraire, Heymoonshaker crée une musique à son image : entière, naturelle et profondément humaine. Rencontre...

Vous vivez en France maintenant, comment se fait-il ?
Andy Balcon (voix/guitare) : On vivait en Suède mais ma copine nous à viré. On a déménagé en France.
Dave Crowe (Beatbox) : La France nous a vraiment accueillis à bras ouvert. Dès notre arrivée, on s'est senti bienvenus. Les gens comprennent notre musique, la nourriture est excellent, les femmes sont magnifiques, on peut fumer partout...

Non, pas vraiment...
DC : Si, si on peut. Il suffit d'attendre suffisamment longtemps !

Donc la France ça vous plaît jusqu'ici ?
DC : C'est incroyable. Authentique. On se sent comme à la maison.

Expliquez-moi le nom du groupe.
AB : Cela date de l'époque où je travaillais dans un bureau, il y a sept ans. J'avais imaginé un groupe imaginaire.
DC : Le concept des Heymoonshaker ne se limite pas à un groupe. C'est une idée, un style de vie. On fait la promotion de notre style de vie. Cela n'a rien à voir avec le fait d'être un musicien en voyage.
AB : Il faut prendre le contrôle de ta vie. Etre capable de façonner ta vie comme tu l'entends au lieu de subir. Parfois tu penses que tu veux quelque chose et il faut être capable d'y arriver. Trouver la bonne fréquence dans ta vie.
DC : Heymoonshaker c'est un choix de vie. Et un choix heureux jusqu'à présent.

Andy quand tu a commencé à jouer avec Dave, est-ce que tu as eu l'impression que le Beatbox pouvait ajouter de nouvelles couleurs à la musique ?
AB : Oui définitivement. Au début j'écoutais beaucoup de hip-hop. J'étais aussi très influencé par le rock n'roll. Il y avait comme une sorte de croisement qui n'avait pas encore été fait. Le beatbox semblait idéal pour créer un nouveau son. Ce que devient la musique en ce moment... Hip hop, rock ou même électro, même maintenant j'ai du mal à trouver quelque chose que j'ai envie d'écouter. Il y a un mec incroyable, John Fairhurst, c'est un guitariste brillant. On a fait une tournée avec lui en Grande-Bretagne et il a une vision très claire de la musique qu'il veut créer. Il est très impliqué dans le son de sa guitare. Il arrive. C'est assez difficile à expliquer.
DC : Ces derniers temps, on a beaucoup voyagé, beaucoup tourné et rencontré pas mal de musiciens. Il y a une nouvelle énergie, un nouveau son qui arrive. John Fairhurst en fait partie...
AB : C'est une combinaison entre rock n'roll et électro. C'est très très bon. C'est exactement ce que tu as envie d'écouter.

Vous n'utilisez aucun instrument électronique et pourtant il y a comme des touches de dubstep dans votre son...
AB : C'est Dave, il est électronique ! On essaye d'avoir un son aussi primitif que possible. Juste deux voix et une guitare.

C'est une démarche très naturelle...
DC : Oui. La musique électronique est quelque chose de très naturel.

Vous avez beaucoup joué dans la rue. Cela a-t-il influencé la manière dont vous abordez les concerts ?
AB : Oui définitivement. Dave est un bon exemple de la façon dont on aborde les concerts en salles. Avoir autant joué dans la rue nous a appris a interagir avec la foule qui n'est pas nécessairement là pour la musique. En fait ils n'écoutent pas la musique. Ils vont faire du shopping ou je ne sais quoi d'autre.
DC : Ils font tout sauf t'écouter.
AB : Il faut capturer la foule. Et Dave est l'un des meilleurs pour embarquer le public. C'est le meilleur que je n'ai jamais rencontré.

Vous vous êtes rencontrés à l'autre bout du monde, en Nouvelle-Zélande. Les voyages c'est quelque chose d'important pour votre musique ?
DC : Absolument. C'est le cœur de ce que nous sommes. Et c'est de là que vient notre musique. Tout ce que l'on veut dans la vie, c'est voyager. Et pour cela il faut travailler et gagner de l'argent. Et dans le fond, on n'a pas envie de travailler. Ou plutôt on veut travailler pour nous. Et tout ce qu'on veut c'est faire de la musique.
AB : Et c'est ce que l'on a décidé de faire.
DC : Ouais, on a décidé de faire de la musique et de voyager. Et heureusement on arrive à gagner suffisamment d'argent pour vivre. C'est ça l'idée. Et dès que l'on a commencé à voyager on a rencontré de plus en plus de gens passionnants, des musiciens, des gens qui nous inspirent pour écrire encore mieux. Et faire de la musique encore plus honnête.
AB : C'est aussi important de connaître des cultures et des styles de vies différents. On a vécu en Australie, en Nouvelle-Zélande et en Suède. C'est des destinations très anglo-saxonnes. Venir en France, c'est une grande chance et un plaisir de pouvoir apprendre la culture française.
DC : Cela apporte beaucoup à la musique et à nos concerts. Je suis sur qu'une personne aussi élégante que toi peut comprendre. En France, dans les grandes villes tout du moins, tout le monde est élégant. Tout le monde à l'air beau. Les Français font attention à ça. Un tel environnement te fait faire plus attention à ton apparence. Je me sens plus élégant, plus beau. Sur scène je ne suis plus le même. J'ai plus confiance en moi.

Et votre prochaine destination ?
AB : Le Canada probablement.
DC : J'aimerai jouer plus souvent dans le sud. Beaucoup plus.
AB : Ah oui ! Moi aussi !

D'un point de vue français, on a l'impression que chaque musicien anglais qui prend un jour une guitare veut être les Beatles...
AB : C'est vrai.
DC : Je ne sais pas. Je ne connais pas vraiment la scène britannique. Je connais beaucoup de très bons musiciens grâce à notre tourneur mais à part ça... Ca fait sept ans que je suis loin de la Grande-Bretagne. Le mois dernier on a fait notre première tournée au Royaume-Uni. C'était marrant, vraiment incroyable. On a rencontré plein de très bons musiciens. Mais je ne sais pas si tout le monde veut être les Beatles ou non.

Sur le cd il y a marqué : « bienvenue dans la famille heymoonshaker ». Ce sentiment d'appartenance c'est important pour vous ?
DC : Il faut que les gens qui nous écoutent sachent que l'on est exactement comme eux. C'est très important. Tous les gens avec qui on travaille sont de la famille. On veut être sur que tout le monde est cool. Tout le monde fait son boulot et c'est cool. Et après on a aussi l'impression que les gens qui viennent aux concerts sont aussi de la famille.
AB : C'est une relation moitié/moitié avec la musique et avec le public. Le public est impliqué dans la musique.
DC : C'est aussi très important.
AB : L'énergie avec laquelle on joue vient du public. Ce n'est pas juste nous en train de jouer. On laisse la musique aller librement et après elle nous revient.

Comme une énergie qui va et vient ?
DC : Tout ceux qui nous écoutent et viennent aux concerts, on est vraiment avec eux. C'est très important que le public le sache. On est vraiment avec eux. Ce n'est pas des conneries ! On vends toujours nos cds nous-mêmes, on vient discuter avec le public après les concerts. On n'est pas spéciaux parce qu'on est musiciens. On est juste des gars ! On veut traîner avec des gens biens. On veut que les gens biens se sentent bien. En ce sens, le design du cd est aussi très important. Il n'y a aucune information sur la couverture. C'est basé sur la confiance parce que tu ne sais pas ce qu'il y a à l'intérieur. Et quand tu ouvres le cd tu vois le logo du groupe et la liste des chansons. Tu sors le cd et tu vois un message personnel : « bienvenue dans la famille ». Et j'adore ça ! C'est toujours une expérience particulière d'acheter de la musique.
AB : On a fait ça, vraiment ? C'est cool j'aime bien...
DC : Tu te fous de ma gueule ? On a passé un temps fou là-dessus ! Andy a toujours adoré acheter un album. Déballer une cassette, l'odeur... Moi je ne connais pas trop. J'ai découvert la musique très tardivement. Je n'avais pas l'habitude d'acheter de la musique...

Vraiment ?
DC : Oh ouais. Vraiment tard. Jusqu'à 19 ans, je n'écoutais que du gangsta rap. J'étais complètement incapable d'avoir une conversation sur la musique, sauf le hip hop, jusqu'à 19 ans. J'avais l'esprit très étroit dans mes goûts musicaux. C'est assez tard, mec ! J'ai fait mes devoirs depuis. Maintenant je comprends vraiment ce que les fans de musique ressentent. Ce que je ressens à propos des autres groupes, le fait de suivre un groupe. C'est une expérience vraiment spéciale. Notre cd, c'est une grosse création pour nous. Et j'en suis heureux.

Dave, tu peux nous parler de tes tatouages ?
DC : C'est l'histoire de ma transition entre mon ancienne vie et ma vie d'heymoonshaker. J'avais tout ce dont j'avais besoin en Suède. J'habitais un appartement magnifique près de la foret. J'avais un chien. J'étais amoureux. De l'argent...

T'avais un boulot ?
DC : Je faisais du beatbox dans la rue. C'était parfait. J'avais accompli tous mes objectifs. J'avais 24, 25 ans, la vie était douce. Après on a fait notre première tournée en France et j'ai réalisé l'éventail des possibilités. Je pouvais passer ma vie à faire du beatbox dans la rue, me faire de l'argent. Je pouvais avoir une bonne vie. Une famille, tout ce que tu veux... Ou je pouvais essayer de maximiser cette expérience autant que possible. Essayer de réunir autant de gens que possible dans une salle, soir après soir. Et faire et dire exactement la même chose qu'à l'époque de la rue. Après beaucoup de trucs sont devenus très compliqués dans ma vie. Avec ma copine. Ce que je voulais de la vie. Ce qu'elle voulait de la vie... J'ai quitté la Suède, j'ai tout plaqué. Le jour où je suis devenu un heymoonshaker, j'ai fait tatoué le logo du groupe dans mon cou pour montrer à Andy ma dévotion au groupe.

Tu as des tatouages Andy ?
AB : Non, ma peau change tout le temps, comme un serpent. J'ai changé plusieurs fois de vie jusqu'à maintenant.
DC : On est de toute façon très différents tout les deux. J'ai réalisé très jeune que j'avais besoin d'un aide-mémoire pour me souvenir de tout ce que j'ai appris. Je dois m'en rappeler tout le temps. Et mes tatouages sont très importants pour moi. Pour me rappeler ce que je dois faire. Je n'ai pas le temps d'oublier ne serait-ce qu'une journée. Il n'y a pas assez de temps.

C'est profond...
DC : Ça l'est ! (fou rire général).

Quelle est la prochaine étape ? Un album ?
AB : C'est possible. C'est assez bizarre d'enregistrer de la musique. On a enregistré un album en trois jours. On a dix chansons. On avait quelques idées, quelques riffs et à la fin cela a donné dix chansons. Quatre de ces morceaux sont sur l'EP. On ne sait pas encore si on va réutiliser les chansons de l'EP pour l'album. De toutes façons les titres sont tous joués en concert.
DC : Enfin, l'idée générale des chansons est jouée. C'est déjà ça.
AB : On jamme beaucoup autour de ces idées. On essaye de trouver du temps pour aller en studio. Le dernier EP « Shakerism » est une compilation de notre EP enregistré en Suède « Heymoonshaker block » et des chansons issues des sessions pour l'album. On sent bien comment le son se développe. « Colly Drop » a beaucoup plus de structure. Il y a plus de sons et de couleurs différentes dans la musique. Mais ce n'est pas le sujet. Le son se développe encore et toujours, change de direction. Et on est aussi très influencé par nos rencontres.
DC : C'est aussi une bonne idée de voir ce qu'il va se passer cette année avec l'EP. On essaye de se créer une bonne base de fans avec ce que l'on a crée et pour l'instant on n'a pas encore crée grand chose. On est toujours en train d'enregistrer. Pour ce qui est des sorties, je ne sais pas. On essaye de faire beaucoup de vidéos pour intéresser les gens dans des pays différents.
AB : On aime beaucoup aussi le live. Le contenu sur disque est très différent de l'expérience live. Nos concerts sont toujours différents. On veut partager ça sur le prochain disque. On voudrait capturer le feeling d'une jam.
DC : On a capturé 2012 sur « Shakerism ». Il faudra faire le bilan de 2013 pour la suite...

Andy, je viens de réaliser que ta voix est très différente quand tu parles. Ta façon de chanter est très intense...
AB : Oui (rires) ! Quand je joue, quand je chante, je m'exprime réellement sans m'occuper du jugement d'autrui. Sans barrières. Ce sont des émotions que je n'exprime pas vraiment en dehors de la scène.
DC : Je pense qu'Andy commence tout juste à réellement exprimer et partager sa personnalité profonde. C'est pour cela qu'il est aussi intense. Peut-être que dans quelques années tout cela va descendre d'un cran.
AB : Disons que pour l'instant j'ai des choses à dire.

Propos recueillis le 09/04/2013

samedi 14 juin 2014

Kissy Bear : « Far from fear »

Après quelques morceaux mis en ligne en solo, Frank, l'ex-moitié du duo électro Silent, est de retour avec une nouvelle formation nommée Kissy Bear. Retiré (temporairement ?) des synthés, Franck étonne avec ce nouveau projet. Si la dynamique plutôt rock de l'ensemble rappelle le passé métal du chanteur, le banjo, par ailleurs assez classe, appelle vers un nouvel horizon orienté vers la country. L'effet de surprise passé, « Far from fear » se révèle plutôt addictive grâce à l'efficacité de l'ensemble. Un premier clip, assez soigné, vient d'être mis en ligne, on attends la suite avec impatience...

Exposition Chuck Sperry

Après le succès rencontré en fin d'année dernière, l'artiste Californien Chuck Sperry est de retour avec deux expositions, consacrées à ses œuvres sur papier et sur bois. Installé à San Francisco, Chuck Sperry perpétue la tradition des affiches de concert dans la droite lignée de la scène psychédélique de la fin des années 1960. Ses visuels et la palette de couleurs utilisée rappelle bien évidemment les graphismes psychédéliques mais aussi l'art nouveau, Alfons Mucha en particulier. Très actif dans le milieu de la musique, Sperry a travaillé pour des artiste du calibre de Bob Dylan, les Black Keys, Gov't mule (le groupe du guitariste Warren Haynes) ou Widespread Panic. Ces deux expositions sont également l'occasion d'admirer ses œuvres hors domaine musical.

Les sérigraphies papier seront exposées du 19/06 au 13/07 à la galerie l'Oeil ouvert.
Les sérigraphies sur bois seront exposées du 21/06 au 04/07 à la galerie Oberkampf.

Galerie Oberkampf
103 rue Saint-Maur 75011 Paris (Métro Saint-Maur)
Ouvert du mardi au samedi 12h00-18h00

L'oeil ouvert
74 rue François Miron
75004 Paris
Tel : +33 (0)1 83 62 05 86
Fax : +33 (0)1 83 62 23 25
Du mardi au samedi de 11h à 19h
Le dimanche de 13h à 19h

mercredi 11 juin 2014


Trois frères, la vingtaine à peine déflorée, se saisissent un jour d'instruments de musique. A St Joseph, Missouri, les occupations sont plutôt rares alors autant faire du bruit. Les trois frères sont aujourd'hui réunis sous la bannière Radkey. Est-ce dans le calme de leur ville natale que la fratrie à trouvé l'inspiration ? Quoi qu'il en soit, leur nouveau maxi dégage une énergie et une rage folle mélangeant les styles punk, straight edge, voire hard rock classique. Alors bien sur on pense aux années 1970 mais judicieusement placée en face B « Digging the grave », une reprise de Faith no more, prouve que le trio n'est pas prêt de s'inscrire dans la cohorte des suiveurs mais préfère adapter une dynamique moderne aux vieilles recettes éprouvées... La scène comme ultime juge de paix ? Ca tombe bien ils seront à la Maroquinerie le 16 juin prochain.
La vidéo de Romance Dawn, un ancien titre :

dimanche 8 juin 2014

White Crocodile : « Je t'aime l'amour »

En matière de punk, ce sont bien souvent les groupes déviants, ceux qui partent rechercher l'originalité dans d'autres influences, qui se révèlent les plus intéressants. Ainsi en va-t-il de White Crocodile, une alliance de musiciens anglais, américains, suédois et français, parti rechercher de la fraîcheur dans le cabaret Berlinois. L'EP commence avec « Je t'aime l'amour » qui n'est pas sans rappeler les Doors lorsque ceux-ci s'attaquaient au répertoire de Brecht (cf. « Whisky Bar »). L'EP s'écoute comme un carnet de voyage qui se poursuit ensuite du côté des Balkans avec « Different roads » grâce à un accordéon inspiré. « Big City » et l'excellente « Restless » sont plus classiquement rock et jouent la carte du gros son rageur mené tambour battant sur une rythmique d'enfer. Cette livrée de cinq titres se termine avec « The Walker », morceau plus acoustique mettant en avant des influences country/blues. On retrouve en White Crocodile ce que l'on aime tant chez les Bellrays et naguère sur les premiers albums des Noisettes ou de Gossip, un groupe furieux mené par une chanteuse, l'anglaise Julie Biereye, à la forte personnalité vocale. Une voix qui à elle seule transcende la musique pour l'emmener vers un ailleurs radieux. Ce qui fait la différence avec le tout venant rock. Une formation à suivre en attendant la sortie de l'album prévue pour novembre 2014.
En concert le 11 juin au Divan du Monde (Paris).

mercredi 4 juin 2014

My Secretary : « Blue Jungle »

Comme la, magnifique, pochette le laisse supposer, les Niortais de My Secretary ont une appétence particulière pour le son des années 1980. Décennie que le quatuor revisite avec classe et suffisamment de noirceur pour aguicher nos oreilles. En effet le groupe varie les ambiances, entre pop et coldwave, manie avec autant d'aisance les synthés que les guitares et le tout est mené par une rythmique d'enfer propice à la danse. Les références sautent alors aux oreilles de New Order à The Cure, et quelques gimmicks de guitare nous font également penser à une version hexagonale d'Interpol. Placés en fin de programme, « Vitamin » et « Nothing is impossible » (en duo avec Mona Lisa Veto) sont marqués par des sonorités électronica plus modernes. Jolis compos, belle production et chant habité soit autant d'éléments qui nous font attendre avec impatience l'album prévu pour l'an prochain.

lundi 2 juin 2014

Ok Choral : « Collision »

Premier maxi (deux compositions originales et deux remixes) pour cette jeune formation Rémoise. Mélangeant habilement les influences électroniques à une base rock, Ok Choral rappelle de nombreux souvenirs issues des lointaines années 1980. Quelque part entre la synthpop de Depeche Mode et le « parlé chanté » en français d’Étienne Daho, Ok Choral trace sa route mené par une guitare folle, des arrangements synthétiques et un certain désenchantement dans les paroles. « Collision » résume bien les choses avec des couplets synthétiques et un déchaînement de guitares sur le refrain. Dans le genre « Pourvu que la nuit soit longue » vaut également son pesant de décibels. Ni complètement rock, ni entièrement électro, mais les deux à la fois dans un mélange harmonieux. Les deux remixes placés en fin de parcours donne une approche plus moderne, mais un peu moins touchante, à la musique. Belle découverte même si on se gardera bien de tout jugement définitif après seulement avoir écouté deux titres originaux.

dimanche 1 juin 2014

Black Submarine : « New Shores »

Y-a-t-il une vie après la Britpop ? A cette question, Nick McCabe et Simon Jones, respectivement guitariste et bassiste de feu The Verve, viennent d'apporter un élément de réponse avec la sortie de « New Shores », le premier album de leur nouveau groupe Black Submarine. On pourrait même parler de super groupe puisqu'on y retrouve également le batteur Mig Schillace (Portishead), la chanteuse (originaire de Bristol, le détail est d'importance) Amelia Tucker ainsi que David Rossi (collaborateur de Coldplay et Goldfrapp). Comme indiqué par le titre, la formation se dirige vers de nouveaux rivages. Faisant fi du songwriting classique, Black Submarine met l'accent sur les climats entre shoegaze et rock progressif. On assiste donc à une longue dérive, les compositions s'étirant sans retenue, déjà une spécialité de The Verve, accompagnée de violons stridents, de nappes planantes et autres bidouillages sonores. On pense parfois aux Cocteau Twins (« Heart First »), parfois à Massive Attack (circa « Mezzanine ») mais aussi un peu à The Verve, les guitares étant clairement identifiables. L'album est excellent pour peu que l'on soit dans les dispositions correctes pour apprécier ce voyage un peu particulier. Un peu de concision n'aurait cependant pas fait de mal...